Le triste chant de Lémec

07.01.2018

 

 

 

Lémec dit à ses femmes: Ada et Tsilla, écoutez ma voix! Femmes de Lémec, écoutez ma parole! J'ai tué un homme pour ma blessure, Et un jeune homme pour ma meurtrissure. Caïn sera vengé sept fois, Et Lémec soixante-dix-sept fois. Genèse 4:23-24

 

Dans le récit du développement de l'humanité de Genèse 4, à la suite des événements de Caïn et d'Abel, nous rencontrons un fragment poétique appelé par les exégètes “Le chant de Lémec” ou “de l’épée”. La fraternité des deux premiers a montré toute la fragilité de la coexistence, qui a ensuite abouti à un horrible fratricide. L'histoire des descendants de Caïn nous parle d'une humanité non stationnaire, mais qui se projette de manière évolutive dans le progrès culturel, artistique et technologique, représenté par les fils de Lémec: “Jabal: le père de ceux qui habitent sous des tentes et près des troupeaux. Jubal: le père de tous ceux qui jouent de la harpe et du chalumeau et Tubal-Caïn, qui forgeait tous les instruments d'airain et de fer”.

 

Ce qui pourrait paraître comme un développement positif et donc une amélioration des conditions générales, ne fera qu'amplifier la violence initiale du chapitre. La main de Caïn s’était levée sur Abel, celle de Lémec sur un homme et sur un jeune. Malheureusement, les bienfaits de tout progrès se perdent, parfois rapidement, d'autres lentement et inexorablement, dans l'égoïsme humain et dans la soif de domination sur l'autre, comme l'atteste également le parallèle textuel entre le geste de Caïn et celui de Lémec. En effet, si Caïn lève la main contre son frère pour une raison «religieuse», Lémec le fait à cause d'une blessure. Tandis que Caïn prend conscience de sa culpabilité, Lémec se gonfle d’orgueil pour ses meurtres. Face à la sentence imposée, Caïn invoque une atténuation de la part de Dieu, mais Lémec fait appel à son pouvoir guerrier en amplifiant de sept à soixante-dix-sept fois la soif de vengeance pour sa mort éventuelle.

 

Par la suite en Exode (chap. 20-23) avec le code de l'alliance, on constate une recherche à placer une limite sur les excès de la vengeance sur la base du principe de correspondance entre dommages infligés et punition avec la loi des représailles. Mais là, immédiatement, l’Écriture nous mets face à l'amère constatation que à l'ordre de subjuguer la terre et de dominer sur les créatures animales (Genèse 1:28), a plutôt suivi une lente détérioration des relations humaines. Á la croissance et au progrès, correspond une augmentation de la violence. La costante course aux armements, jusqu’à la menace nucléaire de nos jours, en est un aspect flamboyant. Nous sommes enveloppés dans un nuage de violence qui laisse en dehors très peu de notre quotidien, du simple garer au rester en file à un guichet quelconque, de l'agression téléphonique à la torture de la télévision, dans le désaveu constant dans les relations de toute nature. En tant que croyants, nous devrions nous efforcer d'en sortir et essayer d'éclairer notre monde, en gardant précieusement les paroles de Jésus dans nos cœurs: « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! » (Matthieu 5:9) 

 

Version audio 

 

Devotional 02/2018

Plan de lecture hebdomadaire de la Bible

 

08 janvier   Genèse 20-22; Matthieu 6:19-34

09 janvier   Genèse 23-24; Matthieu 7

10 janvier   Genèse 25-26; Matthieu 8:1-17

11 janvier   Genèse 27-28; Matthieu 8:18-34

12 janvier   Genèse 29-30; Matthieu 9:1-17

13 janvier   Genèse 31-32; Matthieu 9:18-38

14 janvier   Genèse 33-34; Matthieu 10:1-20

 

Photo: Gabriella Fabbri freeimages.com

Please reload