Les pleurs

21.01.2019

 

«L’Eternel entend mes pleurs!»

Psaume 6:9b

 

Pleurer, est la première modalité d'expression du nouveau-né. Á la naissance,  le premier cri du nouveau-né est considéré comme un signe de vitalité. Pendant plusieurs semaines, le bébé va l’utiliser comme étant l’expression de ses besoins et, petit à petit, même de ses désirs. Une fois grandi, les larmes remplirons une fonction biologique telle que le lavage des yeux, mais, psychologiquement, “nettoieront l’âme” des excès de tension. Des études psychologiques rapportent que 88,8% des personnes se sentent mieux après avoir versé des larmes libératoires. Bien que les hommes le fassent en moyenne  seulement 7 fois par an, contre le 47 fois des femmes. Le magazine Focus (Italie) de mai 2013, rapporte la curieuse nouvelle que des hommes d'affaires japonais, pour soulager le stress, ont répandu la mode (qui est arrivée aussi en Europe) des crying club (club de pleurs): des salles où vous allez délibérément pleurer avec de parfaits inconnus. Beaucoup de ces endroits, offrent une “aide” à ceux qui n’ont pas la larme facile: des films émouvants, des oignons ou des piments.

 

Difficilement les pleurs nous rappellent des moments joyeux, même si ceux-ci ont connu des très douces larmes d’émotion et de joie. Pleurer est un synonyme de amertume, douleur et souffrance. Comment ne pas se souvenir de Job, familier à plusieurs: “Les pleurs ont altéré mon visage; L'ombre de la mort est sur mes paupières” (16:16), “Ma harpe n'est plus qu'un instrument de deuil, Et mon chalumeau ne peut rendre que des sons plaintifs” (30:31). Même le psalmiste ne peut plus les supporter: “Je m'épuise à force de gémir; Chaque nuit ma couche est baignée de mes larmes, Mon lit est arrosé de mes pleurs”. Personnellement, quand je pense aux pleurs et aux larmes qui coulent dans le silence de la nuit, l’assurance contenue dans le Psaume 6, m’atteint vraiment dans l’esprit. Dieu écoute nos pleurs, pas nos sanglots; Je préfère penser que, pour lui, les larmes viennent comme des mots. Les yeux qui n'ont jamais versé de larmes ne peuvent pas comprendre ce que vous ressentez lorsque vous traversez le désert de silence. 

 

Les larmes sont plus puissantes que n'importe quel mot. Elles évoquent toujours  une émotion profonde en ceux qu’ils voient les verser par une personne qui souffre ou qui jouit. Les hommes et les femmes de la Bible, apparaissent tous avec leur fragilité et leur faiblesse. De Genèse à l’Apocalypse, les larmes baignent les pages du récit biblique, sans exclure les larmes de Jésus. Jésus pleura après avoir appris que son cher ami, Lazare, était décédé (Jean 11:32-36). Ses larmes nous rappellent l’amour que Dieu a pour nous. Elles nous montrent comment Jésus souffre lorsqu’Il nous voit souffrir. Il révèle sa véritable compassion et pleure devant la douleur de ses amis. Mais Christ, la lumière des ténèbres, transforme les larmes de tristesse en larmes de joie, ressuscitant Lazare. Lorsque Jésus voit Jérusalem, se met à pleurer: “Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit: Si toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux” (Luc 19:41-42). Il voit les péchés passés et futures des personnes et son coeur se brise. Dieu, notre Père aimant, est triste quand il voit que nous nous éloignons de lui. Mais souvent, nous abandonnons son amour et suivons nos chemins. Nos péchés font pleurer Jésus, mais, heureusement, Ses bras sont toujours ouverts pour nous accueillir quand nous revenons à Lui. 

 

 

Devotional 4/2019

Plan de lecture hebdomadaire de la Bible

21 janvier     Exode 1-3; Matthieu 14:1-21   

22 janvier     Exode 4-6; Matthieu 14:22-36

23 janvier     Exode 7-8; Matthieu 15:1-20

24 janvier     Exode 9-11; Matthieu 15:21-39

25 janvier     Exode 12-13; Matthieu 16

26 janvier     Exode 14-15; Matthieu 17

27 janvier     Exode 16-18; Matthieu 18:1-20

 

Pour ne pas oublier…

 

Le 27 janvier 1945, les troupes soviétiques arrivèrent à Auschwitz et libérèrent les survivants du principal camp d'extermination nazi. Durant le nazisme, chaque  juif était obligé de porter un sombre morceau de tissu cousu en forme d'étoile de David, en Allemagne et dans tous les pays conquis par les allemands, de façon qu'on reconnaisse le juif. Depuis 2008, le 27 janvier est la Journée de la mémoire, un moment de réflexion sur la Shoah, l'extermination planifiée de millions de juifs en Europe par le régime nazi et par ses alliés, les régimes fascistes.

 

Le 25 janvier 1948 est mort à Poschiavo (Suisse), Giovanni Luzzi, né à Tschlin le 8 mars 1856, pasteur protestant et théologien, très connu surtout pour sa traduction de la bible.

 

Source photo: Martin Boulanger, www.freeimages.com

Cliquer pour la version audio

 

Please reload